La Troïka est morte. Vive la Troïka!

22 Φεβ.

Commentaire sur la déclaration du gouvernement grec concernant l’accord de l’Eurogroupe

Ici l’accord de l’Eurogroupe en anglais. (Des tons des articles ont été écris sur lui mais je n’arrive pas à trouver une traduction du texte entier en français. http://www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2015/02/150220-eurogroup-statement-greece/)

La traduction de la déclaration officieuse gouvernementale https://www.facebook.com/paulemile.dupret/posts/10205907438261922 Originale http://news.in.gr/greece/article/?aid=1231387426

– «continuer la lutte sans reculer sur le mandat populaire que nous avons reçu» -> le mandat populaire a été le programme de Thessalonique (http://syriza-fr.org/2014/12/29/ce-qui-a-ete-dit-a-thessalonique-lengagement-de-syriza-aupres-du-peuple-grec/ / entier an anglais http://www.syriza.gr/article/id/59907/SYRIZA—THE-THESSALONIKI-PROGRAMME.html#.VOmlSC5ycqI) qui serait mis en œuvre «indépendamment de la marche des négociations avec les bailleurs et les instances supranationales» et ainsi appliqué « dès les premiers jours ». Le coût de ce programme avait été estimé à environ 11,3 milliards d’euros et incluait 300.000 nouvelles allocations de chômage et la création de 300.000 emplois. Mais selon l’accord, toute décision avec impacte budgétaire et économique doit être approuvé par l’UE. Ainsi, le programme de Thessalonique n’est plus indépendant de la négociation avec l’UE comme Syriza avait promis.

Syriza s’est aussi engagé auprès les électeurs à demander « l’effacement de la partie majeure du montant nominal de la dette ». Une telle demande n’a jamais été faite. La décision de l’Eurogroupe parle de « l’engagement irréfutable de la Grèce d’honorer ses obligations financières vis-à-vis tous ce créanciers entièrement et à temps ». En plus, le nouveau gouvernement en signant l’accord de prêt de 2012 l’a légitimé en reconnaissant que le droit britannique est applicable sur des différends qui pourraient en émaner. Il a aussi reconnu l’absence d’immunité sur base de sa souveraineté nationale contre la réquisition des biens publics.

«la Grèce (…) ne continuera pas avec le Memorandum» -> Dans le texte de l’Eurogroupe le mot « mémorandum » est remplacé par le mot « l’arrangement existant ». Il est aussi dit que la liste de mesures que le gouvernement grec déposera demain doit avoir comme point de départ cet « arrangement existant ». Cette phrase ne peut pas faire référence à autre chose que le programme encore en vigueur, le Mémorandum. Dans la conférence de presse du leadership de l’UE et du FMI après l’Eurogroupe il a été clair que pour eux « arrangement existant » égale « mémorandum » dont l’évaluation aura lieu comme prévu.

«Les accords sur les excédents primaires exorbitants (…) ont été éliminées» – > L’accord dit que les excédents doivent être en ligne avec les accords de Novembre 2012 mais au même tems « appropriés » selon la situation économique de 2015. En pratique, ça veut dire que le compromis trouvé n’inclut pas un chiffre, mais que les excédents devraient varier entre le 1,5% offert par Varoufakis et le 3% décidé en 2012. Avant les élections Syriza promettait des budgets équilibrés (0% d’excédent).

«La construction extra-institutionnelle de la Troïka qui donnait les ordres et était devenu un super pouvoir, est terminée» -> Selon l’accord, l’UE et le FMI ont droit de veto à toute mesure gouvernemental qui a un impact sur le budget, la relance économique et la stabilité financière selon leur propre interprétation. Ça pourrait aller de la restauration de la règlementation du travail jusqu’aux critères sociaux et de croissance que Syriza veut imposer aux banques. La tutelle des trois institutions qui composent la Troika (Commission + Eurogroupe, BCE, FMI) n’a clairement pas pris fin.

«Le nouveau gouvernement Grec présentera sa propre liste de réformes » -> Cette liste doit être approuvée par l’UE jusqu’au mois d’avril si non l’accord est caduc.
Les mesures additionnels que la Troïka demandait au gouvernement précèdent sont clairement morts pour l’instant (limitation aux syndicats et le droit de grève, plus des licenciements et encore plus de réduction des pensions), ce qui est un succès du nouveau gouvernement -mais le Mémorandum et la tutelle sont clairement toujours là.

Dans sa communication en Grèce le gouvernement insiste que l’existence d’une crise humanitaire a été acceptée au sein de l’Eurogroupe. Pourtant, il n’y a aucune autre source sauf lui-même qui l’affirme.

Il y a des réactions internes à Syriza sur cet accord et on ne peut pas exclure que beaucoup de ses députes voteraient contre. Une manifestation est appelé conte cet accord à Syntagma pour le 26 février.

Advertisements

Σχολιάστε

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Google+

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Google+. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Σύνδεση με %s

Αρέσει σε %d bloggers: